Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Voir les textes du jour
 
Document Actions

Sortie au musée de la marine

Les navires, ces drôles de machines

Le jeudi 16 mars, nous sommes allés en sortie au Musée de la Marine pour voir comment fonctionnent les différents bateaux.

 

Pour commencer, nous avons vu le canot impérial de Napoléon Bonaparte. C'est le seul vrai bateau présent dans le musée. Les autres sont des maquettes ou des tableaux.
La guide nous a rappelé comment les marins appellent la droite et la gauche. Ils disent « à tribord » ou « à bâbord ». Ensuite, elle nous a appris de nouveaux mots sur les bateaux. L'avant du bateau s'appelle la proue et l'arrière s'appelle la poupe. A l'avant du bateau, se trouve une figure de proue. Sur le canot de Napoléon, il s'agit de Poséidon avec des dauphins. A la poupe du canot, il y a une couronne impériale et un aigle.
On ne connaissait pas bien la différence entre un empereur et un roi du coup la guide nous l'a expliquée. Un roi n'a qu'un royaume alors qu'un empereur possède plusieurs royaumes.

   


Ensuite, nous sommes allés voir la maquette d'un vaisseau de guerre qui fonctionne grâce à la force du vent. Ce vaisseau possède 74 canons et il faut 10 hommes pour manœuvrer un canon. Il faut donc au moins 740 hommes pour manœuvrer les canons.
La guide nous a expliqué que si la mer dépasse de la ligne de flottaison, ça veut dire que le bateau est trop lourd donc qu'il va chavirer.

 

Nous avons ensuite pu observer la maquette d'une galère de l'époque de Louis XIV, le roi Soleil. Il s'agit d'un navire qui luttait contre les pirates. Il fonctionne grâce aux rames mais aussi grâce à la force du vent dans les voiles. C'est un bateau-prison car les rameurs sont des prisonniers. Ce navire n'était pas fait pour aller en haute-mer car sa coque n'est pas assez haute. Il longeait les côtes pour les protéger des pirates.


La maquette suivante est celle du plus gros vaisseau de guerre. Il fonctionne lui aussi grâce à la force du vent. Lorsque nous étions devant cette maquette, la guide nous a expliqué comment vivaient les marins à bord.
Ils mangeaient de la purée de lentilles et de haricots verts. Une fois par semaine, ils avaient le droit de manger un bout de fromage très dur et un biscuit très sec et très dur. Parfois, ils avaient aussi de la viande salée. L'eau pour boire était stockée dans des tonneaux mais ils ne pouvaient pas boire grand chose chaque jour. Pour se laver, ils remplissaient des seaux d'eau de pluie (lorsqu'il pleuvait) et se lavaient avec. Ils dormaient dans des hamacs pour éviter d’attraper des maladies et pour échapper aux rats. Mais, ils se partageaient les hamacs et pouvaient donc attraper des poux.
Les marins tombaient souvent malades à cause de ces conditions de vie très pénibles. Ils attrapaient notamment le scorbut.

 

Quelques années, après l'apparition de la machine à vapeur, les vaisseaux de guerre fonctionnaient grâce au vent mais aussi à la machine à vapeur. Il s'agit ici d'un cuirassé, vaisseau de guerre dont la coque est recouverte de métal donc elle est plus solide. C'est comme une armure.

 


Nous avons ensuite vu la coupe d'un sous-marin. Ce bateau de guerre fonctionne grâce à une hélice. Pour descendre sous l'eau, il faut remplir des ballastes d'eau de mer et les vider pour remonter. Ce sous-marin possède un hydravion, c'est à dire un avion qui peut atterrir sur l'eau et dont le rôle est de vérifier qu'il n'y a pas de bateau ennemi à proximité. Les sous-marins n'ont pas de canons mais ils possèdent des missiles.

 

Pour terminer notre visite, nous avons pu observer la maquette du porte-avions Charles de Gaulle. C'est un énorme vaisseau de guerre qui ressemble à un aéroport flottant car il possède une piste d'atterrissage pour les avions de chasse. Sa longueur est identique à la hauteur de la Tour Eiffel. Un porte-avions ne se promène jamais tout seul, il est toujours accompagné par d'autres bateaux et par des sous-marins. Ce vaisseau fonctionne grâce à l'énergie nucléaire : il faut casser des petites pierres transparentes (uranium). Comme la piste est trop petite pour que les avions s'arrêtent, les avions s'accrochent à un câble pour s'arrêter plus vite. Et pour le décollage ils utilisent des espèces de catapultes.

 

 

Après la visite du musée, nous sommes allés dans une salle pour faire un atelier sur ce qui flotte et ce qui coule.
Nous avons appris que s'il n'y a pas assez de poids dans la quille du bateau, il peut chavirer. Mais il ne faut pas qu'il soit trop lourd sinon il coule.
Nous avons appris que certaines matières flottent comme le plastique ou le bois alors que d'autres coulent comme le verre, la pierre, le métal.
Nous avons été étonnés de voir que la pâte à modeler peut couler ou flotter. Cela dépend de sa forme. Si elle est en boule, elle coule, alors que si elle est étalée ou en forme de chapeau par exemple, elle flotte.

 

Cette visite et cet atelier nous ont beaucoup intéressés et nous ont permis de compléter nos connaissances sur les bateaux et le monde marin. 

Après ces 2h de visite, nous sommes descendus dans les jardins du Trocadéro pour pique-niquer et jouer, sous un beau soleil printanier!! C'était super!!